Menu
RSS

Conséquence des dernières réformes des Retraites : une baisse du temps passé en retraite de deux ans

Les dernières réformes des retraites entraîneraient une baisse du temps passé en retraite de deux ans.

Paru dans Liaisons Sociales Quotidien: N° 17222 du 15/12/2016
Rubrique : RETRAITE
 

Quels sont les effets des réformes des retraites de ces dernières années ?

Telle est la question à laquelle le Conseil d’orientation des retraites (COR) a tenté de répondre au cours de sa séance plénière du 14 décembre 2016. Il en ressort que les modifications réglementaires engagées depuis 2010 auront pour effet, à terme, de réduire de deux ans en moyenne la durée passée à la retraite pour la génération née en 1980.
Dans le cadre de sa réunion plénière du 14 décembre 2016, le Conseil d’orientation des retraites (COR) a examiné les effets des réformes des retraites. Il s’est appuyé sur une étude de la Drees consacrée aux impacts des réformes menées entre 2010 et 2015 sur les générations 1950, 1960, 1970 et 1980 (lois Woerth de 2010 et Touraine de 2014, décret de 2012 relatif aux carrières longues et accords nationaux interprofessionnels Agirc-Arrco). Principal enseignement : la génération 1980 est la plus touchée avec une durée passée à la retraite qui devrait diminuer de deux ans et une masse de pension cumulée sur le cycle de vie qui devrait baisser de 4,5 % en moyenne.
 

Diminution de la durée moyenne passée à la retraite.

Selon la Drees, la génération 1980 est celle qui serait la plus impactée par les lois retraites de 2010 (loi Woerth) et de 2014 (loi Touraine). L’âge moyen de départ à la retraite ayant été reculé de deux ans, la durée moyenne passée à la retraite diminuerait donc de 22 mois, dont 18 mois dus à la réforme de 2010. Une baisse qui s’explique notamment par le relèvement de l’âge d’ouverture des droits à la retraite mise en œuvre par la loi Woerth de 2010, ainsi que par l’allongement de la durée requise pour le taux plein, issu de la loi retraite pour 2014, qui augmente l’âge moyen de départ à la retraite de quatre mois pour la génération 1980. Ainsi, la durée passée à la retraite serait de 24 ans pour les hommes et de 28,5 ans pour les femmes.
 

Effets positifs des réformes sur le montant moyen des pensions…

Si le recul de l’âge moyen de départ à la retraite a un effet négatif sur la durée passée à la retraite, il a en revanche un effet positif sur le montant de la pension à la liquidation (pension relative). En effet, grâce notamment à l’accumulation de droits supplémentaires, l’amélioration du salaire de référence ou l’augmentation du nombre de trimestres validés, la pension moyenne devrait augmenter de 2,6 % pour la génération 1980 avec le relèvement de l’âge d’ouverture des droits et de 2,3 % suite au relèvement de l’âge d’annulation de la décote. Aussi, « toutes réformes confondues, la pension moyenne tous régimes relative augmente de 2,1 % pour la génération 1980 », précise l’étude.
 

… mais négatifs sur la pension cumulée sur le cycle de vie…

Alors que les réformes de ces dernières années conduisent à augmenter la pension moyenne relative, elles entraîneraient en revanche une diminution de la pension cumulée sur le cycle de vie (sommes des pensions perçues sur l’ensemble de la période de retraite, actualisée selon l’évolution du salaire moyen par tête, donnant ainsi une vision plus globale des effets des réformes). La pension moyenne relative baisserait ainsi de 1,3 % pour la génération 1950, principalement sous l’effet des sous-­indexations et des changements de date de revalorisation, et jusqu’à 4,5 % à terme pour la génération 1980 en raison notamment du relèvement des âges légaux.
Toutefois, « cet effet négatif des mesures s’entend uniquement par rapport à la situation avant réformes ». En effet, « malgré cette baisse, la pension cumulée sur le cycle de vie continue d’augmenter au fil des générations en euros constants de l’ordre de 23 % entre la génération 1950 et la génération 1980, contre 27 % en l’absence de réformes » explique la Drees.
 

… ainsi que pour les personnes à faibles revenus

Les réformes ont également un impact différent selon le niveau de revenus des d’assurés et apparaissent « comme anti-redistributives en terme de redistribution verticale », note l’étude. En effet, ceux ayant des bas salaires ou étant sortis précocement de l’emploi auraient une perte de pension cumulée plus importante que les personnes à revenus élevés. Ainsi, tandis que la pension moyenne cumulée sur le cycle de la vie des assurés de la génération 1980 ayant des revenus élevés devrait diminuer de 3,4 %, celle des assurés ayant des bas salaires devrait baisser de 6 %, et ceux en dehors du marché de l’emploi dès 50 ans de plus de 10 %.
 

Baisse de la pension complémentaire relative et cumulée

Les Accords Nationaux Interprofessionnels (ANI) Agirc et Arrco et en particulier celui du 30 octobre 2015 impacteraient fortement la pension de retraite complémentaire. Ils diminueraient ainsi tant la pension moyenne que la pension cumulée sur le cycle de vie. Pour la génération 1980, la pension relative des régimes complémentaires baisserait de 3,7 %, alors que celles des régimes de base et intégrés augmenteraient de 3,8 % en moyenne. Et à lui seul, le dernier ANI Agirc-Arrco diminuerait la pension relative moyenne de 8,5 %.
De même, la pension de retraite cumulée versée par les régimes complémentaires devrait connaître une perte plus importante que celle versée par le régime de base, en raison des modifications réglementaires propres aux régimes Agirc et Arrco. Elle baisserait ainsi de près de 10 % pour la génération 1980, contre 2,9 % en moyenne pour celle versée par les régimes de base ou intégrés.
 

IMPACT DES RÉFORMES SUR LES MASSES FINANCIÈRES DES RÉGIMES

Dans une seconde note présentée lors de la séance du COR du 14 décembre, la Drees a chiffré les impacts des réformes de 2010 à 2015 sur les masses financières des régimes de retraite. Le solde financier des régimes de retraite s’élèverait ainsi à + 31,1 milliards d’€ en 2020 (en euros constants en 2016), à + 44,3 milliards en 2030 et + 52,3 milliards en 2040. "Au total, la loi du 9 novembre 2010 a un impact important sur les soldes financiers des régimes de retraite", précise l’étude. En effet, hors fonction publique et assimilés, elle devrait rapporter 17,2 milliards d’€ en 2020, 19,2 milliards en 2030 et 16,2 milliards en 2040, contre respectivement 4,9 milliards, 10,7 milliards, et 17,1 milliards pour la loi de 2014.
 
Last modified onlundi, 26 décembre 2016 18:29
back to top

Mentions Legales

  • Site hébergé par SAS OVH, Siège social 2 Rue Kellerman, 59100 Roubaix, RCS Roubaix – Tourcoing 424 761 419 00045.

Qui est en ligne

Nous avons 27 invités et aucun membre en ligne